Médecines alternatives
Mon coach minceur & mieux-être à Bordeaux
Médecines alternatives
Mon coach minceur & mieux-être à Bordeaux

ALZHEIMER : ACTUALITE THERAPEUTIQUE

Les voies de recherche thérapeutiques sont en lien direct avec les résultats de la recherche fondamentale. (voir dossier).

Nous avons vu que la maladie d’Alzheimer est liée à la production d’une protéine anormale (protéine TAU) et que son élimination se fait mal.

L’élimination des protéines TAU.

Cette élimination du cerveau se fait essentiellement la nuit, lors du sommeil profond qui provoque des flux de LCR importants(un peu comme l’alternance des marées lave les rochers).D’ou l’importance de respecter des horaires régulières de sommeil .La mélatonine au coucher, correctement prescrite, présente un intérêt certain.

Activité physique et phytothérapie.

Nous avons vu également que les lésions de la maladie se situent essentiellement dans l’hippocampe siège de la mémoire et dans les régions de l’hypothalamus responsable de l’alternance veille-sommeil. Les régions des émotions et de la motricité (amygdale rhin encéphalique) sont moins touchées. Mais Les connexions nombreuses au sein du rhinencéphale (amygdale et hippocampe) établissent la responsabilité du stress dans la genèse de la maladie. Ainsi la pratique des exercices physiques, la relaxation, une phytothérapie adaptée, aura des effets favorables.

Rôle de l’alimentation.

Dans notre dossier « mitochondrie »nos avons montré le rôle défavorable des radicaux libres dans la genèse du vieillissement neuronal dont fait partie cette maladie. Nous avons également montré l’intérêt des régimes cétogènes pour le métabolisme cellulaire (le rapport entre la quantité d’énergie produite et celle des radicaux libres est favorable a ce type de régime). Nous recommandons alors de consommer l’huile de coco en posologie progressive.

Réduire l’activité inflammatoire.

Les protéine TAU enclenche une réaction immunitaire source d’inflammation qu’il est important de limiter par un apport régulier en Omega3 (DHA) .Contrôler le taux de vit D, car les recherches récentes montrent son effet immunitaire et régulateur de l’inflammation.

La vitamine B12 dont l’activité neurotrope est connue depuis très longtemps (maladie de Biermer) doit également être surveillée.

Entretenir la plasticité cérébrale et la thymie (humeur).

 Contrairement a un idée reçue la maladie d’Alzheimer n’est pas plus fréquente aujourd’hui qu’au siècle dernier. Ce serait plutôt l’inverse (rôle de la nutrition et des procédés de retardement) mais la population vieillit, elle est mieux soignée, donc elle permet l’apparition de cette pathologie

. On observe que cette maladie, à prédominance féminine, voit cette caractéristique s’effacer dans les pays occidentaux. De nombreux chercheurs pensent qu’il s’agit d’un effet de l’égalité de scolarisation des deux genres. Cette différence réapparait dans les pays de moindre scolarisation féminine. D’ou l’idée que le travail sur la neuro-plasticité est payant. Notamment les exercices qui sollicitent plusieurs aires cérébrales en même temps : communication, activité de groupe, danse, dictée etc.

Enfin, comme nous l’avons vu, l’amygdale rhin-encephalique, (siège des émotions) est moins atteinte que son voisin l’hippocampe. Ceci laisse à penser que le malade a une conscience émotionnelle de sa situation ! Il est donc important de prendre en compte la possibilité de dépression qui peut être responsable de démotivation et d’aggravation de la maladie.

Conclusion.

 La prise en charge de cette maladie complexe doit se faire avec l’aide d’un thérapeute formé à cela, car elle relève des plusieurs secteurs de traitement qu’il faut harmoniser pour en tirer le meilleur profit. Et, d’autre part, il est important de suivre l’évolution de la maladie, meilleur moyen de dépister les difficultés intercurrentes.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion